Peut-on favoriser la biodiversité dans nos villes ?

juin 12th, 2018

Les villes concentrent près de 50% de la population mondiale et consomment une grande partie des ressources planétaires. L’un des défis majeurs à relever pour les villes dans les années à venir est la lutte contre l’érosion de la biodiversité. Celle-ci est causée par la destruction et la fragmentation des milieux naturels, la surexploitation des ressources naturelles, la pollution (de l’eau, du sol, et de l’air), l’introduction d’espèces exotiques envahissantes, et le changement climatique.

La ville a longtemps été considérée comme un territoire hostile pour la biodiversité. Pourtant, insectes, oiseaux, amphibiens et autres petits animaux, arbres et plantes constituent une biodiversité urbaine parfois surprenante !

En ville, la biodiversité apporte des services gratuits (les services éco-systémiques) dont nous profitons sans nous en rendre compte : l’ombre, les brise vents, l’humidification et le refroidissement de l’air en été, la diminution des nuisances sonores, la purification de l’air, sans oublier la qualité esthétique de l’environnement.

La création d’espaces de respiration en ville permet de lutter contre les îlots de chaleur urbains, une hausse des températures qui advient en milieu urbain dense. Par exemple, une augmentation de 10% de l’emprise verte au sol diminue de 0,8°c la température de l’air sur son pourtour.

Limiter l’étalement urbain permet de conserver les propriétés des sols dont l’absorption de l’eau mais aussi les micros-habitats des insectes qui participent au bon fonctionnement et à l’élimination des parasites des plantes.

Aménager en favorisant la biodiversité

Construire et aménager la ville durable passe par la prise en compte de la biodiversité, pour minimiser les impacts des projets sur celle-ci. Plus la biodiversité est étudiée en amont du projet, plus il est possible de créer une ville vivante, agréable à vivre, et résiliente.

Ces dernières années, la place de la biodiversité dans les projets d’aménagement a considérablement évoluée. Depuis les années 2000, elle a progressivement été consolidée grâce à différents dispositifs règlementaires (Grenelles de l’environnement, loi ALUR, loi pour la reconquête de la biodiversité…) s’inscrivant notamment dans la Stratégie Nationale pour la Biodiversité.

De plus en plus de villes introduisent des mesures favorisant la biodiversité dans leur PLUI-H, comme le coefficient de surfaces éco-aménageables. C’est le cas par exemple du PLUI-H de Toulouse Métropole, qui est en cours d’élaboration. La ville de Paris a également élaboré un plan biodiversité valorisant notamment les projets immobiliers à biodiversité positive.

L’aménagement urbain a donc un impact important sur la biodiversité mais il peut être aussi un accélérateur pour la favoriser et l’influencer de manière sensible. Minimiser l’impact sur l’environnement, développer la biodiversité, faire profiter les habitants, usagers et clients des aménités sont sans doute des objectifs à assigner aux projets immobiliers pour contribuer à une ville plus durable.

C’est en tout cas ce que BIOCENYS essaie de mettre en œuvre en accompagnant ses clients promoteurs et aménageurs dans leurs projets.